Image (18)

 

      Robert Johson est né approximativement (la date précise est inconnue) vers 1911 à Halzlehurst (Mississipi). Son enfance est difficile: les parents se séparent et sa mère très pauvre part et travaille avec son jeune fils  de champs en champs. 

     Robert commence à jouer de la guimbarde puis de l'harmonica pour, vers la fin des années 1920, se mettre à la guitare avec des débuts difficiles car sa façon de  "gratter" n'inspire pas du tout les autres guitaristes de l'époque qui lui prédisent un avenir peu certain dans le domaine musical. 

     Marié, Robert perd son épouse et son enfant, tous deux décédant au moment de l'accouchement, ce qui pousse le jeune musicien à partir errant sur les chemins de la Louisiane. Il racontera plus tard qu'un soir alors qu'il était fatigué, il s'arrêta au croisement de deux chemins pour s'endormir au pied d'un arbre. Dans la nuit une brise fraîche le réveilla et il vit une ombre avec un large chapeau penchée sur lui, prendre sa guitare et se mettre à jouer quelques notes, puis disparaître mystérieusement! Robert déclara que c'était le Diable et qu'un contrat avait été conclu. Cette "légende" rejoint celle de bien d'autres musiciens de cette époque qui pour expliquer leur virtuosité à jouer et à chanter faisaient intervenir le Diable. En tout cas à partir de cet instant, la carrière certes très courte de Robert Johnson fut fulgurante! 

     Il enregistra 29 titres dont plusieurs furent repris plus tard par Led Zeppelin, Eric Clapton, les Rolling Stones...

     Depuis 2003 il est régulièrement élu cinquième meilleur guitariste du monde parmi une liste de 100 musiciens.

     Robert Johnson décéda le 16 août 1938 dans des circonstances non élucidées. A la suite d'un concert il tomba malade et fut à l'agonie pendant quatre jours. Aucun médecin ne vint l'ausculter et sa mort rapide restera un mystère. 

     Mon opinion:  le blues que joue Robert Johnson est loin des standards habituels du blues. C'est un blues sans fioritures avec seulement quelques notes sortant d'une guitare et une voix très aiguë par ailleurs. Quand on l'auditionne pour la première fois cela surprend mais prenez la peine d'écouter et de voir là le blues dans toute sa pureté des origines clamant les peines mais aussi  les joies et espérances des esclaves noirs des champs de coton des USA. 

 

images

 

robert_johnson_-_fan_art