Image (26)

      Dans le poème de Myriam consacré à Erzsebeth Bathory (cliquez içi), il est question d'une histoire racontant les déboires d'une comtesse hongroise soupçonnée et condamnée en 1610 pour les meurtres de plusieurs centaines de jeune filles. Voici la véritable histoire de cette comtesse par Jacques Sirgent.

    Celui-ci  est un auteur né au Canada, vivant en France et grand spécialiste du vampirisme. 

  Détendeur d'un DEUG de linguistique, dont son sujet d'examen était l'étymologie du nom "Dracula", il enseigne pendant vingt ans successivement à l'IUT d'Orsay, l'université de Paris 13, au  CNRS, puis quitte l'enseignement en 2005 pour fonder le "Musée des vampires et monstres de l'imaginaire" à Paris, pour se consacrer à la recherche, l'écriture et aux conférences qu'il donne dans de nombreuses universités. 

     Outre l'ouvrage présenté ici on doit à Jacques Sirgent entre autres Les voleurs d'âmes, Le Livre des Vampires, Le vampire en France, des origines à nos jours, Lieux étranges et maisons hantées à Paris.

     Erzsebeth Bathory naquit le 7 août 1560 à Nyirbator en Hongrie au château d'Ecsed, de Gyorgy Bathory son père qui est frère avec André Bathory gouverneur de Transylvanie et de Anna, sa mère issue de la branche des Somlyo de la famille Bathory. A l'âge de onze ans Erzsebeth est promise à Ferenc Nadasdy qu'elle épouse en 1575. Son époux lui offre alors le château de Cachtice situé dans les Carpathes; château qui deviendra le lieu des crimes dont la comtesse sera accusée plus tard.

     L'on se rend compte d'emblée que le "décor" de ce drame est planté: l'époque, un château et un lieu, les Carpathes, terre de légendes concernant les vampires! 

     C'est à cette époque également qu'une guerre se joue entre la Hongrie et la Turquie qui envahit peu à peu l'Europe de l'Est. C'est ainsi que Nadasdy devient commandeur en chef des troupes hongroises et quitte souvent le château. Pendant les absences de son époux, Erzsebeth gère les affaires du domaine. Entre temps elle met au monde cinq enfants dont deux meurent en bas âge. Selon certains témoignages, Erzebeth est une mère affectueuse et dévouée. Au plus fort de la guerre avec la Turquie (entre 1593 et 1606) la comtesse Bathory prend en charge la défense miltitaire de toutes les propriétés de son mari car la menace est sérieuse: en effet le village de Cachtice a été pillé en 1599. 

     En 1604 son époux Nadasdy décède des suites d'une blessure et c'est au cours de cette période, entre 1602 et 1604 exactement, qu'un pasteur luthérien du nom de Istvan Magyari commence à se plaindre en public et à la cour de Vienne, suite à des rumeurs,  que de mystérieuses disparitions de jeunes filles se sont produites et se produisent toujours dans toute la région de Cachtice et le pasteur est formel: c'est Erzsebeth Bathory qui en est la cause! Un enquêteur se rend sur place et commence à receuillir les premières données accusant formellement la Comtesse! 

     Mon opinion:  les victimes d'Ersebeth s'élèveraient selon les sources entre une cinquantaine, cent, deux-cent voire même six cent cinquante jeunes filles, torturées, vidées de leur sang dans lequel la Comtesse aurait prit des bains afin de préserver sa beauté! Folie? Véritable tueuse en série ou tout simplement...complot pour raisons politiques et sociétales? Jacques Sirgent penche plutôt pour cette hypothèse en présentant des arguments qui paraissent évidents: absence de preuves, témoignages flous, etc. Une chose est sûre: Erzsebeth Bathory marqua les esprits et encore à présent elle laisse des traces au travers de films, de pièces de théâtre, de bande dessinée et de musique! 

 

sirgent

Jacques Sirgent

elisabeth-bathory

Portrait supposé de Erzsebeth Bathory 

castle02

De nos jours, les ruines du château de Cachtice