(Pour lire depuis le début cliquez ici)

 

CHAPITRE TROIS

 

     Trois hommes, trois religions, trois conséquences

 

     Moïse pour le judaïsme, Jésus pour le christianisme, Mahomet pour l'islam. 

 

     Moïse

     Principal personnage du Pentateuque (les cinq premiers livres de la Bible), Moïse est considéré comme le fondateur de la religion juive. Nous connaissons tous plus ou moins l'histoire de Moîse relatée dans la Bible.

     Moïse était fils de Amram et de Jocabed, de la maison de Lévi. Par crainte d'un évènement futur et désastreux, Pharaon ordonna la mise à mort de tous les nouveaux nés. La mère de Moïse déposa alors son fils dans une corbeille qu'elle livra aux eaux du Nil. Mais la corbeille échoua près du palais de Pharaon et Moïse fut sauvé par la fille du monarque égyptien et elle confia le bébé à une nourrice du peuple hébreu qui n'était autre que... la soeur de Moïse. 

     Bien plus tard, devenu homme, Moïse s'intégra dans la société égyptienne et découvrit que son peuple était maltraité par Pharaon. Après bien des suppliques auprès de celui-ci qui refusa de laisser partir le peuple hébreux, Moïse déclencha une série de calamités sur l'Egypte (les dix plaies qui n'étaient que des phénomènes naturels), puis à la tête de son peuple, il quitta le sol égyptien pour errer dans le désert pendant quarante ans jusqu'à l'entrée en terre promise. Cette histoire de la Bible est émaillée bien entendu de phénomènes surnaturels: le partage en deux des eaux de la Mer Rouge, la "colonne de feu" qui guide les hébreux dans le désert, la manne céleste quand la faim sévit,  etc. 

     Pendant de nombreux siècles, on considérait cette belle histoire racontée dans la Bible comme véridique mais aujourd'hui les archéologues et historiens considèrent que Moïse est un personnage purement fictif, inspiré par les écrits sumériens relatant l'histoire du roi Sargon, justement lui aussi sauvé des eaux.

     Sargon d'Akkad était le souverain fondateur de l'empire d'Akkad en unifiant les cités mésopotamiennes, entre approximativement 2334 et 2279 avant J.-C.

     Voici comment Sargon raconta lui-même son accession au pouvoir :

     Ma mère était grande prêtresse. Mon père, je ne le connais pas. Les frères de mon père campent dans la montagne. Ma ville natale est Azupiranu, sur les bords de l'Euphrate. Ma mère, la grande prêtresse, me conçut et m'enfanta en secret. Elle me déposa dans une corbeille de roseaux, dont elle scella l'ouverture avec du bitume. Elle me lança sur le fleuve sans que je puisse m'échapper. Le fleuve me porta; il m'emporta jusque chez Aqqi, le puiseur d'eau. Aqqi le puiseur d'eau me retira du fleuve en plongeant son seau. Aqqi le puiseur d'eau m'adopta comme son fils et m'éleva. Aqqi le puiseur d'eau m'enseigna son métier de jardinier. Alors que j'étais jardinier la déesse Ishtar se prit d'amour pour moi et ainsi j'ai exercé la royauté pendant cinquante-six ans. 

     Ishtar était la déesse de la vie, de la fertilité, de l'amour physique et de la guerre. 

   Sur la carte ci-dessous nous voyons exactement l'emplacement du royaume mésopotamien de Sargon et c'est également l'endroit tout aussi exacte où débute l'histoire du peuple hébreu relatée dans la Bible.

 

330px-Empire_akkad

     Comme tout bon dirigeant d'un empire, Sargon partit à la conquête de territoires et comme le démontre la carte, son expansion s'étendit vers le nord ouest en direction de cette "terre promise" qui n'est autre que les territoires israéliens et palestiniens d'aujourd'hui. 

 

Sargon_of_Akkad

Sargon

 

     Au IIIe millénaire avant J.-C, la Basse Mésopotamie était divisée entre deux ethnies : les sumériens parlant une langue sans parenté connue, et une population sémitique que l'on appelle par commodité les akkadiens (bien que ce terme ne soit utilisé qu'à partir du règne de Sargon, parlant une langue sémitique, l'akkadien).

       Puisque Moïse et Sargon ne font qu'un seul et même personnage, et qu'il n'est nul part fait mention du point de vue strictement historique d'un séjour en Egypte de Sargon, il ne fait aucun doute que ce sont ses sémites de Mésopotamie, du moins quelques uns d'entre eux, qui fondèrent peu à peu une nouvelle religion, avec un dieu unique. Au fil du temps, ces "patriarches" créèrent une histoire fabuleuse mettant en scène le personnage de Moïse, puis toute une série de lois régissant le peuple. Ces "patriarches" mirent également en place le patriarcat, supprimant ainsi peu à peu les avantages que possédaient auparavant les femmes. Ainsi,  toutes les péripéties décrites dans la Bible (Moïse proche de Ramsés II, la fuite d'Egypte, le passage de la Mer Rouge, le buisson ardent, l'épisode du Mt Sinaï etc), ne sont que pures inventions destinées à donner à un individu une aura divine afin de mieux galvaniser le peuple. 

     Par la déclaration "il n'y a qu'un seul dieu", le monothéisme était en marche pour éliminer les autres croyances! 

 

     Jésus

     Le nom de Jésus, du grec Iesoûs, puis de l'hébreu yehoshua, était un prénom très répandu dans la Palestine de l'époque. L' année de naissance de Jésus est estimée entre l'an 7 et 5 avant notre ère; quant au jour il nous est inconnu, puisque le 25 décembre est un « emprunt » de la fête de Mithra célébrée ce jour-là par les Romains. Mithra était un dieu indo-iranien, glorifiant l'amitié et la loyauté et qui vit son apogée à Rome au IIème et IIIème siècle de notre ère.  Pour le lieu exacte de la naissance de Jèsus, il n'est pas encore certifié, Nazareth n'étant pas une certitude absolue.

     On connaît la vie de Jésus uniquement par l'intermédiaire des quatre Évangiles officiels, rédigés entre 65 et 110 après la mort de l'intéressé, autant dire donc que les auteurs n'étaient nullement des contemporains de Jésus et par conséquent loin d'être des témoins dignes de foi.

     C'est pour cette raison, que tout ce qui entoure la vie et notamment l'action et la mort de Jésus est sujet à contreverses, et énormément d'évènements ont été inventé beaucoup plus tard par le clergé pour façonner à sa façon l'existence de cet homme qui n'a absolument rien de "divin"! 

     Tout d'abord, on ne sait strictement rien de sa famille ! S'il a bien eu pour père un certain Joseph et pour mère une certaine Marie, il va de soi qu'il est impensable pour un cartésien et encore bien plus pour un historien sérieux de croire au fait que Marie fut vierge au moment de la naissance de son fils. Si Joseph fut tenté de répudier Marie quand il apprit qu'elle était enceinte, c'est parce qu'il savait que ce n'était pas lui le père! De plus il est nécessaire de situer les relations homme-femme de cette époque: il est quasiment certain que Joseph était un homme déjà âgé alors que Marie sortait à peine de l'adolescence voire même pour certains historiens qu'elle devait avoir à peine 12 ans au moment de son mariage avec Joseph. Rien de choquant là-dedans car la coutume était ainsi. D'ailleurs celle-ci perdura plus tard dans le catholicisme et dans l'islam. Éliminons bien entendu la théorie encore plus farfelue d'une conception par le « saint esprit » et il ne reste qu'une seule solution : le père de Jésus était bel et bien un homme fait de chair ! En excluant Joseph qui était donc cet homme? Un inconnu de passage, donnant un peu de bonheur à une Marie vivant misérablement et usée avant l'âge par les conditions de vie de cette époque, notamment envers les femmes? D'ailleurs les musulmans considèrent Jésus comme un simple prophète et non pas comme le "fils de dieu" ce qui est d'une évidence absolue! 

     Les films et téléfilms nous présentent Jésus comme un homme blond aux yeux bleus ! Quelle bêtise ! Étant juif, Jésus était vraisemblablement brun aux yeux foncés. Idem pour son aspect vestimentaire : on nous le montre toujours propre, barbu certes mais propre, alors qu'il devait être crasseux, cheveux et barbe infestés de poux, revêtu d'une robe tout aussi sale, ses pieds nus usés et poussiéreux par sa longue errance. Car justement, il ne fait plus aucun doute que Jésus n'était qu'un simple agitateur politique, fomentant un complot afin de chasser les romains de Palestine et c'est pour cette unique raison qu'il fut pourchassé, trahi, arrêté et condamné à mort par la justice de Ponce Pilate qui voyait en lui un dangereux fou capable de déstabiliser la pax romana dans toute la Palestine. D'ailleurs le Sanhédrin (assemblée traditionnelle du peuple juif, qui dans la Palestine de Jésus s'occupait uniquement de la codification de la loi juive), voyait d'un mauvais oeil cet homme se prétendant roi des juifs et condamna le Christ sans hésitation pour ensuite suivre la décision de Ponce Pilate de mettre un terme physiquement aux agissements de Jésus. 

     Pour ce qui est de sa « résurrection », les historiens sérieux et neutres ont depuis longtemps résolu le mystère. Grâce à la complicité de Joseph d'Arimathie, Jèsus fut descendu de la croix bien avant son dernier souffle. D'ailleurs, il ne subit pas de la part des soldats romains les coups destinés à lui briser les jambes, comme il était coutume de procéder afin d'abréger les souffrances des condamnés. En effet, privé du soutien des jambes, le corps s'affaissait, son poids uniquement maintenu par les bras et l'asphixie venait rapidement. Jésus reçut au contraire un coup de lance dans la poitrine côté droit donné par le centurion Longin (Longinus en latin).  Cette blessure ne fut certainement pas mortel ou alors Longin, complice de Joseph d'Arimathie fit en sorte de ne pas frapper fort (ce qui serait probable car le centurion se convertit quelque temps plus tard au christianisme). Mal en point mais bien vivant, Jésus fut conduit dans un endroit secret, soigné, puis refit son apparition afin de se montrer de nouveau vivant à ses proches disciples qui ne savaient rien de toute cette conspiration. La légende était née et il ne suffisait plus à certains qu'à la répandre pour créer et faire prospérer une nouvelle religion : le christianisme! Quant à Jésus il disparut pour toujours, certains auteurs disent vers l'Egypte, d'autres vers l'Inde...

     Concernant les "miracles" accompplis par celui qui allait devenir plus tard le Christ, la médecine et la science d'aujourd'hui les expliquent aisément. 

 

     Mahomet

     Mahomet, en arabe Muhammad ou Mohammed, vit le jour vers l'an 570 à La Mecque, petite ville commerciale située en Arabie, et proche de la Mer Rouge. A cette époque, la région était souvent en proie à des échanges guerriers entre toutes les tribus, mais La Mecque bénéficiait d'un atout : elle possédait sur sa terre la Kaaba, grande construction cubique, renfermant une multitude de déités que vénéraient les pèlerins de l'époque.

     Mahomet était issu d'une famille pauvre et  son père mourut avant la naissance de son fils, tandis que sa mère décéda à son tour alors que Mahomet n'avait que six ans. Il fut alors élevé par sa famille, puis à l'âge adulte, toujours aussi pauvre, il se lança dans le commerce en accompagnant des caravanes vers la Syrie.

     C'est à ce moment qu'il se mit au service d'une riche veuve, Khadija, qui devint son épouse et se retrouva ainsi à l'abri de tous soucis d'argent. Khadija lui donna plusieurs enfants dont seules quatre filles survécurent.

     Vers 610, alors qu'il avait une quarantaine d'années, Mahomet se trouvait dans une grotte en train de méditer quand soudain il entendit une « voix » lui parler et qu'il identifia à l'ange Gabriel! Il faut préciser ici que l'ange Gabriel est en quelque sorte, d'après la Bilble le «porte parole » de Dieu quand celui-ci doit effectuer une déclaration aux humains, c'est en tout cas comme cela que l'on présente Gabriel. On retrouve celui-ci dans l'Ancien Testament où il annonce une prophétie, mais surtout dans le Nouveau Testament où il apparaît à Marie pour lui annoncer la venue de Jésus.

     Gabriel demanda à Mahomet de répandre parmi les siens l'existence d'un seul dieu et quand le futur prophète annonca cela à son entourage, il fut bien entendu confronté à une hostilité évidente, car la majorité de ses proches compatriotes répugnaient à abandonner les vieilles traditions pour prier qu'un seul et unique dieu !

     Mais Mahomet réussit à former un groupe de fidèles et il quitta La Mecque avec sa petite troupe le 24 septembre 622, date devenant hégire (migration) et constituant le début du calendrier musulman.

     A partir de cet instant, l'influence de Mahomet deviendra croissant et l'islam prit son essor devenant ce que l'on sait aujourd'hui.

 

     Les conséquences

          Nous voici donc en présence de trois religions monothéistes en tête de toutes les croyances de la planète et avec quelles conséquences? Principalement des conflits opposant le christianisme contre l'islam (les croisades du moyen-âge), l'islam contre le christianisme afin de reprendre les possessions perdues, le christianisme contre le judaïsme (les exactions contre le peuple juif ne manquent pas), l'islam contre le judaïsme (problèmes de la Palestine) et aujourd'hui, nous constatons que loin d'aborder le IIIème millénaire dans une paix mondiale, nous sommes témoins de la résurgence de vieilles querelles menant aux évènements dont nous sommes les témoins! 

     La conclusion semble être claire: loin de donner paix, amour et fraternité aux humains, le judaïsme, le christianisme et l'islam, n'apportent que guerres, haine et déchirement,  même parfois au sein d'une même communauté. On pensera peut-être ceci: oui mais ce sont les humains qui agissent au nom des religions! Certes mais ces humains-là se basent sur des textes écrits par des humains et interprètent les textes dits "sacrés" à la lettre. 

     C'est pour cette principale raison que de plus en plus de personnes deviennent soit totalement athées ou empruntent un autre chemin spirituel: le retour aux sources des lointaines époques où les seuls dieux qui étaient vénérés se trouvaient être les dieux de la Nature! Le luciférisme se trouve être dans cette voie!