31-05-2015 09;26;46 (2)

     Dernier ouvrage de Laurent Artur du Plessis paru cette année, toujours chez Jean-Cyrille Godefroy, Le Djihad à la conquête du monde a pour but comme le titre le sous-entend, de mettre en garde l'Occident en général et plus particulièrement l'Europe et la France, de l'avancée de l'État Islamique et des idées qu'il véhicule en Syrie, en Irak, en Lybie et moins directement ailleurs. 

     L'auteur fait le bilan des lendemains des divers "printemps arabes" qui contrairement à l'établissement espéré de démocraties virent bien au contraire le retour à un régime militaire (Égypte) pour empêcher la prise de pouvoir des islamistes radicaux ou bien encore le chaos comme en Irak et en Lybie. 

     Dans la deuxième partie de l'ouvrage, Laurent Artur du Plessis fait le constat de la menace terroriste en France dont l'attaque de Charle Hebdo et la prise d'otages de l'hyper cacher à Paris furent un des points culminants de janvier 2015. Il estime que le pire est devant nous avec à plus ou moins long terme des attentats stratégiques contre des infrastructures essentielles à la vie d'une nation et de son peuple: trains, pylônes haute tension, centrales nucléaires, etc. Comme auparavant dans ses autres ouvrages, Laurent Artur du Plessis est persuadé que ces attaques massives se feront au moment de la prochaine crise économique sévère qui mettra "à genoux" la France et l'Europe.

     Pour conclure, l'auteur préconise de prendre d'urgence des mesures appropriées avec l'augmentation des effectifs militaires et policiers, un renforcement des services de renseignements ainsi qu'un rapprochement avec la Russie puisque les USA se désengagent peu à peu du Proche et Moyen-Orient pour se tourner vers le Pacifique et la Chine. 

     Mon opinion:  avec La 3e Guerre mondiale a commencéDe la crise à la guerre et Le monde s'embrase, Laurent Artur du Plessis s'employait à mettre l'accent sur le danger de l'Iran cherchant à se doter de l'arme atomique. Dans Le Djihad à la conquête du monde cet aspect est moins soutenu par l'auteur certainement à cause des accords en cours entre le gouvernement iranien et le Groupe 5+1 (les cinq membres de sécurité de l'ONU et l'Allemagne) avec l'espoir que l'Iran ne se serve de l'uranium enrichi que pour sa production électrique. Du Plessis modifie donc son discours pour distiller la peur par l'intermédaire des menaces du Djihad. Car justement la peur semble être la prédilection de l'auteur qui n'a de cesse au fil de ses ouvrages de procéder à de longues énumérations apocalyptiques de ce qui attend l'Occident au cours des quelques années qui viennent. Certes le danger est bien présent mais est-ce la solution de faire peur? Ce n'est pas la crainte qui fera réagir nos gouvernants mais plutôt un changement radical de politique européenne envers l'intérieur de nos frontières mais également vers l'étranger, je pense notamment à la Lybie qui sombre dans le chaos, porte ouverte à une radicalisation islamique totale, après l'intervention "aventureuse" de la France pour chasser Kadhafi. C'est ce genre d'ingérence sans réfléchir aux lendemains qui cause le plus de tort à l'Europe.