31-07-2015 18;22;09 (2)

     Otto Rahn considéré comme écrivain et archéologue naquit en 1904 à Michelstadt (Allemagne) et mourut en 1939. Il est l'auteur de seulement deux livres, l'un publié en 1933 Croisade contre le Graal et le suivant en 1937 La cour de Lucifer

     Dès son plus jeune âge Otto Rahn se passionna pour les légendes et épopées germaniques comme celle de Siegfried, tout en rejetant le christianisme dans lequel il avait été élevé pour se consacrer à l'étude des traditions païennes. Après l'obtention de son baccalauréat en 1922 il étudia le catharisme mais également la philosophie des troubadours et des trouvères de l'Occitanie du Moyen-Âge et surtout une passion naquit pour Wolfram von Eschenbach (approximativement 1170-1220) le célèbre auteur du non moins célèbre Parsival, ce héros mythique qui part à la recherche du Graal. A partir de cet instant le Montsalvage de Wolfram von Eschenbach fut pour Otto Rahn le Montségur de l'Ariège, siège spirituel des Cathares jusqu'à la chute de la forteresse en 1244. Rahn entreprit alors plusieurs séjours en Ariège où il rencontra Antonin Gadal (1), Maurice Magre (2), Déodat Roché (3) et la comtesse de Pujol-Murat (4). 

     A sa parution en Allemagne en 1937 La cour de Lucifer ne remporta aucun succès en librairie. Malgré cela le livre fut remarqué par Henrich Himmler, qui comme on le sait était très attiré par l'ésotérisme. Auparavant Otto Rahn était devenu membre de la SS et il gravit rapidement les échelons de l'organisation pour devenir Oberstumführer (lieutenant). En 1939 Otto Rahn démissionna de la SS et c'est à partir de cet instant que tout devient mystérieux. Pourquoi cette démission? On a dit qu'il était incapable de prouver ses origines aryennes (avait-il des ancêtres proches juifs?). On a également dit que c'était à cause de son homosexualité (orientation sexuelle très mal appréciée par la SS). En tout état de cause, Otto Rahn disparaît officiellement au cours du mois de mai 1939 à 35 ans. On prétendit qu'il s'était suicidé par l'intermédiaire de "l'endura" à la manière des Cathares qui consistait à se rendre en montagne par temps très froid et à se laisser périr d'hypothermie. Mais on ne retrouva jamais le corps de l'allemand. On prétendit alors qu'il avait réussi à passer en Suisse, à prendre une nouvelle identité pour finalement finir ses jours en 1975 (suivez ce lien pour prendre connaissance de la retranscription d'une conférence de Paul Rouelle à ce sujet). Pourquoi en effet un suicide d'autant plus qu'il avait d'autres projets littéraires notamment la suite de La cour de Lucifer qui aurait eu pour titre Prométhée désenchaîné (toujours ce thème de réhabilitation d'un autre "porteur de lumière" condamné injustement. 

     C'est en 1994 que les éditions "Pardès" rééditèrent en français La cour de Lucifer. Par "Cour de Lucifer" il faut entendre la réunion de toutes les personnes qui croient que Lucifer n'est pas Satan (une invention de l'église catholique) mais au contraire le Porteur de Lumière et qui sont à la recherche d'un mythe, d'une lumière spirituelle chassant l'obscurantisme de la religion officielle. Otto Rahn déclare cela page 127: "Par “Cour de Lucifer”, j’entends ceux qui n’ont pas besoin de médiateurs pour joindre leur dieu ou pour dialoguer avec lui, mais qui l’ont plutôt recherché par leurs propres forces, et qui pour cette seule raison – c’est ce que je crois – ont été exaucés par lui ".Cette lumière, ce mythe, c'est le Graal, qui n'a rien de physique (ce n'est pas le récipient qui aurait servi au dernier repas du Christ) mais bel et bien quelque chose de totalement immatériel: la quête d'un savoir perdu parce que les détenteurs de celui-ci furent chassés, persécutés, traités d'hérétiques et tués. C'est pour cela qu' Otto Rahn s'intéressa très tôt aux cathares car le Catharisme rejetait l'enseignement du catholicisme et se basait sur un système dualiste: le bien et le mal. Pour les Cathares ce n'était pas Dieu (le bien) qui avait créé l'être humain mais Satan (le mal). 

     Dans son livre Otto Rahn raconte un périple qu'il accomplit depuis l'Allemagne vers le sud de la France, puis en Espagne, l'Italie, les Alpes, l'Islande... allant de lieux en lieux, racontant légendes et mythes de ces endroits, rencontrant et échangeant avec d'innombrables personnes, le tout sur fond de mysticisme et d'une quête insatiable de cette Vérité, de ce Graal que tout un chacun devrait entreprendre. 

     Mon opinion:   en écrivant La cour de Lucifer Otto Rahn était certainement loin de se douter du succès de son livre bien des décennies après. Car La cour de Lucifer est un ouvrage de plus en plus recherché et lu par les "porteurs de lumière" de notre époque qui parfois même sans encore le savoir tout à fait ont le pressentiment que ce livre apportera un pas de plus vers la quête de leur propre Graal. L'attrait envers l'ouvrage vient aussi du fait de l'auteur lui-même et de sa disparition mystérieuse (suicide? assassinat déguisé en suicide? changement d'identité?). Mais finalement la fin d'Otto Rahn n'est qu'un détail devant le thème du livre: sa quête du vrai et un retour vers des racines spirituelles plus conformes à la réalité loin des mensonges de l'Eglise de Rome. Je recommande la lecture de La cour de Lucifer (si cela n'est pas encore le cas) à tous les chercheurs de Lumière même si le livre comporte quelques erreurs historiques. 

Rahn-Face-Ona

Otto Rahn

     ____

     (1) Antonin Gadal (1877-1962), historien et mystique français féru des Cathares.

     (2) Maurice Magre (1877-1941), écrivain et poête français, ardent défenseur de l'Occitanie qui contribua à faire connaître l'histoire et le martyr des Cathares. 

     (3) Déodat Roché (1877-1978), magistrat, philosophe, anthroposophe et historien du catharisme. 

     (4) Pujol-Marat, aristocrate toulousaine fréquantent le milieu ésotérique de la région.