John Carpenter vit le jour le 16 janvier 1948 à Carthage dans l'état de New-York. Il est réalisateur, scénariste, monteur, compositeur et producteur. Malgré quelques critiques négatives et quelques échecs, il est considéré aujourd'hui comme un des "maîtres" du film d'épouvante et de science-fiction. Avec à son actif dix-huit longs métrages (financés avec des budgets dérisoires comparés à d'autres productions),  à partir de 1974 avec Dark Star jusqu'en 2011 avec The Ward: l'hôpital de la terreur, cinq téléfilms, sept courts-métrages, la composition de la musique de la plupart de ses films (souvent une musique répétitive au rythme angoissant), John Carpenter n'a pas lésiné sur son travail tout au long de sa carrière. Mal considéré aux USA il a dit un jour: "En France je suis un auteur, en Allemagne je suis un cinéaste, en Grande-Bretagne je suis un réalisateur de films d'horreur, aux États-Unis je suis un raté" (source). 

john-carpenter-04

A ses débuts

1280px-JohnCarpenter2010

En 2010

     Voici deux de ses films:  

09-08-2015 18;47;38 (2)

     The Thing (1982 - Budget: quinze millions de dollars). Remake de La chose d'un autre monde de Christian Niby réalisé en 1951. 

     Quelque part sur les glaces de l'Antarctique travaille et vit une équipe de scientifiques américains avec parmi eux McReady le pilote d'un l'hélicoptère joué par Kurt Russel. Un jour un hélicoptère norvégien apparaît poursuivant et tirant sur un chien de traîneau qui fuit et parvient à se réfugier dans la base des américains. Désirant à tout prix semble-t'il tuer le chien, un norvégien sort de l'hélicoptere et continue à vider son arme pour finalement se faire abattre par le chef de l'équipe américaine se considérant en légitime défense, tandis que le pilote fait exploser une grenade mal manipulée dans son appareil Ne comprenant pas les motifs de cet acte, McReady et le médecin de l'équipe se rendent chez les norvégiens pour découvrir une effroyable réalité: leur base est entièrement détruite par le feu et des corps humains sont carbonisés au lance flamme tandis qu'un sarcophage vide fait de glace se trouve au centre d'un local. Pendant ce temps-là, le mystérieux chien intègre les locaux de la base US mais son comportement semble pour le moins étrange. 

     A sa sortie The Thing fut mal accueilli par la critique et les cinéphiles, rapportant à peine un peu plus de dix-neuf millions de dollars et cela pour une raison toute simple: The Thing sortit à quelques semaines d'intervalle de E.T de Steven Speilberg. Alors que le film de Carpenter racontait une histoire d'extraterrestre qui faisait peur, celui de Speilberg était totalement gentil voire même enfantin et le public préféra ce dernier. Une autre raison fut la promotion totalement disproportionnée entre les deux réalisations. Ce n'est que plus tard en VHS puis en DVD que le film de Carpenter connut un succès bien mérité quand les spectateurs découvrirent les époustouflants effets spéciaux réalisés par Rob Bottin. Dans The Thing la musique est de Ennio Morricone. 

     En 2011 sortit le prequel  du film ayant le même titre The Thing réalisé par Matthijs van Heijningen Jr. Le film raconte la découverte du vaisseau spatial sous la glace par les norvégiens et les premières confrontations avec "la chose". Le scénario se termine avec la fuite du chien et le début de la poursuite en hélicoptère. 

john-carpenters-the-thing-1982

the-thing-1982-1080p-mkv_snapshot_00-33-19_2011-06-10_20-29-06

thing9

Vlcsnap-2011-12-30-07h23m32s194

34c9f297184eea34658196d8961b5c08

scariestmoments-thething-590x350

 

The Thing ( 1982 - bande annonce VF )

 

11-08-2015 11;13;47 (2)

 Christine (1983) - Budget: dix millions de dollars. D'après le roman de Stephen King.

     1958.Dans les usines Plymouth une chaîne de montage avance entraînant la construction de la Fury (moteur V8 de 200 chevaux). En bout final de chaîne toutes les carrosseries sont de couleur beige sauf une seule d'un rouge sang.  Quelques années plus tard dans une petite ville vit un adolescent, Arnie Cunnigham (Keith Gordon), fils unique d'un couple assez stricte, notamment le père qui ne laisse rien passer à son fils. Arnie est complexé, il porte des lunettes et passe pour un looser auprès de ses camarades garçons et filles de son lycée. Heureusement il a un ami fidèle, Dennis Guilder (John Stockwell), qui fait son possible pour défendre et protéger Arnie. Un jour les deux garçons se baladent dans la voiture de Dennis quand passant devant une maison, Arnie aperçoit une Plymouth Fury à l'état d'épave avec une carrosserie rouge. Il décide alors d'insister auprès de son propriétaire pour lui acheter le véhicule. Le propriétaire d'abord réticent accepte finalement la vente et Arnie ramène l'épave chez lui malgré les cris de son père devant une telle voiture qui ne mérite même pas un regard. Pour la première fois de sa vie Arnie tient tête à son paternel et loue un box dans un garage communautaire pour entreprendre la restauration de la Plymouth forçant peu à peu le respect des autres mécaniciens devant la débrouille et le génie de l'adolescent. Au fil des jours comme par magie, la voiture reprend forme mais personne se doute encore que celle-ci est possédée (elle se répare elle-même) et qu'Arnie subit les effets de cette possession: il n'a plus besoin de lunettes, s'habille à la mode de son époque et les filles s'intéressent désormais à lui ce qui ne plaît pas à un groupe de voyous qui s'en prennent à la Plymouth.  Arnie décide alors de se venger de façon implacable avec sa voiture. 

     Christine reçut un accueil très favorable de la part des critiques et du public américain et notamment français où il enregistra près d'un million d'entrées en salles et rapporta 21 millions de dollars rien qu'aux USA. La musique du film est signée John Carpenter sauf celle du générique de début qui est de Georges Thorogood Bad to the Bone. 

christine

Christine à sa sortie d'usine

christine_shot2l

Au moment de l'achat: à gauche Arnie et son ami Dennis

christine-movie1

Arnie au volant

Christine-qui-brule

A la poursuite d'un des voyous

Christine - 1983 (Bande Annonce VF)

     Mon opinion pour les deux films: l'oeuvre de John Carpenter est inégale. Parmi toutes ses réalisations il se trouve y en avoir des médiocres comme d'excellentes. The Thing et Christine comptent au nombre des excellents films dans cette catégorie. Stephen King ne fut pas entièrement satisfait de Christine mais soit le maître des romans horrifiques est difficile avec les adaptations au cinéma de ses livres, soit il n'est pas toujours évident de mettre en images ce qu'un auteur projette sur les pages. Ce fut par exemple le cas de Shining le film réalisé par Stanley Kubrick. Néanmoins les deux films de Carpenter présentés sur cette page sont à voir ou à revoir sans hésiter.