03-11-2015 16;51;47 (2)

     Treizième roman de Franck Thilliez, publié en 2014 chez Fleuve Noir dans la collection Pocket, Angor remet en scène Sharko et sa femme Lucie Hennebelle. 

     Août 2012: après une violente tempête, deux forestiers ont pour mission de contrôler les arbres d'une forêt quand ils découvrent un grand chêne partiellement abattu par le vent. Avec stupeur l'un des forestiers constate que sous l'arbre se trouve un trou profond et c'est avec effroi que notre homme voit apparaître le visage blanc d'une femme avec des yeux presque blancs et dépourvus d'iris. 

     A cent cinquante kilomètres de là, à Villeneuve d'Ascq, la gendarme adjudant Camille Thibault fait d'horribles cauchemars toutes les nuits: elle voit une femme enfermée qui appelle au secours. Camille qui vient d'être greffée d'un coeur qui est rejeté par son organisme (d'où le titre du roman, l'angor étant une maladie coronarienne avec douleur thoracique), est persuadée que le donneur est cette inconnue. Malgré l'anonymat strict qui régit les dons d'organes en France, Camille décide de chercher l'identité de ce donneur. 

     Entre temps Sharko et son équipe commencent leur enquête sur cette femme découverte par les forestiers et les investigations des policiers vont les mener vers les contrées les plus sombres de l'âme humaine d'autant plus que l'enquête personnelle de Camille Thibault rejoint celle des policiers du 36 quai des Orfèvres.  

     Mon opinion:   quelque peu déçu! Est-ce une saturation qui commence? En effet, j'ai lu l'intégralité des romans de Franck Thilliez (sauf le dernier: Pandémia)  et Angor est peut-être de trop? Trop de crimes plus horribles les uns que les autres? Une indigestion de descriptions de corps (du moins ce qu'il en reste le plus souvent) sur la table des légistes? Le suspense certes est toujours là mais il ne se renouvelle pas au fil des livres de Franck Thilliez. Dans Angor j'ai eu souvent l'impression du déjà lu. Et puis les narrations des problèmes privés et souvent psychologiques des protagonistes et en particulier de Sharko et de sa femme Hennebelle finissent pas lasser. Certaines autres critiques que l'on trouvent sur le net affirment qu'il vaut mieux lire les romans de Franck Thilliez quand ceux-ci ne mettent pas en scène ses héros habituels puisque l'auteur alterne ses histoires une fois sur deux sans Sharko et Hennebelle. Je partage cet avis!