22-11-2015 18;25;28 (2)

     Dominique Venner naquit en 1935 à Paris et décéda en 2013 dans la même ville. Il est considéré comme un essayiste d'extrême droite auteur de plusieurs livres d'histoire sur la période 1914-1945.

     Pendant la guerre d'Algèrie il fut sous-officier et militant de Jeune Nation dans les années 1950, membre de l'OAS, et fondateur du groupe Europe-Action tout en contribuant à la création du Groupement de Recherche et d'Etudes pour la Civilisation Européenne (GRECE) présidé par Alain de Benoist. 

     Son premier livre date de 1972: Les Corps d'élite du passé, puis régulièrement il rédige une succession d'essais aussi différents que Baltikum : Dans le Reich de la défaite, le combat des corps-francs, 1918-1923 (1974), Histoire de l'armée rouge t. 1 : La Révolution et la guerre civile : 1917-1924 (1981), Histoire du terrorisme (2002)...  Au total vingt et un essais historiques dont le dernier en 2012 L'Imprévu dans l'Histoire : Treize Meurtres exemplaires

     A cela il faut ajouter une impressionnante liste d'ouvrages (vingt-quatre) sur les armes, qu'elles soient à feu ou dites "blanches" comme les dagues ou les couteaux. 

     Histoire et tradition des Européens fut publié en 2012 par les éditions du Rocher. 

     Le titre est quelque peu trompeur: il ne s'agit pas de l'histoire proprement dite de l'Europe mais d'une succession de paragraphes regroupés en chapitres sur les sources de la grande tradition Européenne au travers de grands hommes comme Platon, Homère, Chrestien de Troyes..., mais aussi de légendes telles que celle d'Arthur et Perceval ou celles des peuples celtes et nordiques. Dominque Venner relate en détails ce qu'était au moyen-âge "l'amour courtois", ce sentiment amoureux d'un homme envers une femme qui restait au stade de ce que nous appelons aujourd'hui une relation platonique ou encore la noblesse d'âme de la chevalerie. Depuis la Grèce antique jusqu'aux contrées froides de la Borée et depuis les lointaines montagnes du Caucase jusqu'aux rives de l'Atlantique, l'auteur démontre que les peuples européens, malgré leur différence linguistique et philosophique sont unis au sein d'une même racine: celle "d'une même histoire et d'un même héritage spirituel". 

     Mon opinion:  Dominique Venner mourut le 21 mai 2013 vers 16 heures en se suicidant par arme à feu devant le maître-autel de Notre-Dame de Paris. Dans une lettre il explique son geste parce qu' "au soir de cette vie, devant des périls immenses pour ma patrie française et européenne, je me sens le devoir d’agir tant que j’en ai encore la force. Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable. J’offre ce qui me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation". Quant au lieu de son suicide: "je choisis un lieu hautement symbolique, la cathédrale Notre-Dame de Paris que je respecte et admire, elle qui fut édifiée par le génie de mes aïeux sur des lieux de cultes plus anciens, rappelant nos origines immémoriales(Source).  Cette phrase éclaire le fait que Dominique Venner était païen et que choisir un lieu de culte chrétien pour mettre fin à ses jours étonna plus d'un au mois de mai 2013. Le presse de gauche et notamment un titre en particulier n"hésita pas pour soupçonner Dominique Venner de folie et de mentionner "les carences des hôpitaux psychiatriques" (source). 

     Fou? Je ne sais pas! Un fait est tout de même flagrant en lisant cette Histoire et tradition des Européens: Dominique Venner était incontestablement un nostalgique d'une Europe unifiée par une histoire commune, des cultes anciens païens, le siège d'une multitude de légendes et de faits merveilleux remontant à la nuit des temps. Il ne fait aucun doute (et son passé le démontre également) qu'il voyait le métissage de l'Europe comme un danger de plus en plus grandissant. 

Dominique_Venner

Dominique Venner en 2012