29-02-2016 10;20;05 (2)

     Magali Cazottes est née en 1971 à Boulogne-Billancourt. Soucieuse de trouver des réponses à ses nombreuses questions existentielles, elle entreprend très jeune des recherches sur l'histoire des religions (en particulier le catharisme), l'archéologie, les mythes et croyances, la métaphysique, les sciences occultes, l'ésotérisme et même l'ufologie. 

     Après un premier essai, Dans le secret des dieux, elle se lance dans le roman initiatique avec la publication de Le Royaume oublié du grand esprit (2001 - éditions Les Trois Spirales), puis en collaboration avec son frère Pascal c'est la parution de Voyages au coeur de l'insolite en 2003 chez le même éditeur. 

     L'hyperborée, son mythe, ses origines et son mystère date de 2014 et fut publié par les éditions Le Temps Présent. En cinq grands chapitres, Magali Cazotttes nous rappelle que de nombreux auteurs antiques ( Homère, Platon, Diodore de Sicile, Sénèque) ou plus récemment Jean-Sylvain Bailly qui par l'intermédiaire de nombreuses lettres adressées à Voltaire, fait référence à une mystérieuse contrée située à l'extrème nord de l'Europe et peuplée d'une civilisation avancée, sous un climat tempérée si parfait que l'on pouvait effectuer deux récoltes par an, racontent les mythes. Et puis un jour un cataclysme força le peuple de cette terre à immigrer vers le Sud apportant avec lui sa connaissance. C'est ce que raconte Platon dans le Timée et le Critias.  De nombreuses traditions passées aujoud'hui dans le folklore auraient leurs racines dans cette civilisation qui "brillait au sommet du monde". Magali Cazottes nous rappelle également ou apprend à ceux et celles qui ne le savaient pas, la récupération malsaine de cette théorie de l'hyperborée par la doctrine nazie qui était persuadée que le peuple germanique était les descendants directs des hyperboréens. 

     Mon opinion:  éternelle recherche ou question sur ce thème déjà bien abordé par de très nombreux auteurs (Jean Mabire, Louis Pauwels, Jacques Bergier, etc., certains avec sérieux d'autres élaborant des hypothèses plus que farfelues). L'ouvrage de Magali Cazottes n'apportent rien de nouveau aux lecteurs intéressés par ce sujet. Qu'on l'appelle Hyperborée ou Atlantide ou encore Thulé, cette contrée éventuellement réelle dans un temps très lointain ou simplement imaginée, attirent de nombreux chercheurs par l'intermédiaire de textes anciens ou récents, car malheureusement aucun vestige archéologique sérieux n'existe. Et il ne faut pas compter sur des recherches officielles pour donner raison aux partisans de l'Hyperborée. Car comme je le mentionnais déjà pour le livre de Stephane François Au delà des vents du Nord (cliquez ici) la thèse très officielle des historiens est la suivante: la lumière, c'est-à-dire la connaissance vient du Sud- Sud-Est et non pas du Nord. Et à moins d'une découverte extraordinaire cette thèse ne changera pas, ce qui n'empêchera nullement (et c'est tant mieux) bien d'autres écrivains à spéculer sur l'Hyperborée. En tout cas pour Magali Cazottes les choses semblent claires: la lumière vient du Nord ( Ex Septentrione Lux). 

 

201502221174-full

Magali Cazottes