Tout d'abord deux réalisations post-apocalyptiques avec huis clos angoissant:

the-divide-affiche

     The Divide réalisé par Xavier Gens, avec une sortie en 2012 en France et en DVD uniquement. 

     New-York. Suite à une attaque nucléaire de provenance inconnue, huit personnes dont deux femmes et une jeune enfant vivant dans le même immeuble trouvent refuge dans une immense cave emménagée par le concierge survivaliste (joué par Michael Biehn), contenant vivres et eau potable. 

     Dans l'impossibilité de sortir à cause des retombées radioactives et après une mystérieuse intrusion dans la cave d'hommes armés et en combinaison protectrice se contentant d''enlever la petite fille puis de souder la porte métallique de la cave, le groupe voit la tension qui augmente jusqu'au moment où la situation dégénère: deux d'entre eux se proclament leaders et font main basse des vivres. A partir de cet instant un huis clos terrifiant s'installe et la véritable nature de l'être humain apparaît dans toute son horreur. 

     Mon opinion:  ce film comporte des scènes d'une extrême violence démontrant le retour peut-être impossible à maîtriser de la bestialité humaine dès qu'il s'agit de survivre à tout prix. C'est la force physique qui domine au début puis l'intelligence reprend le dessus mais à quel prix?  Même si The Divide comporte de nombreuses questions sans réponses (mais est-ce vraiment important?),  il en reste quand même que ce long métrage de Xavier Gens interpelle le spectateur de manière très forte. 

The Divide - Bande Annonce

 

391702

10 Cloverfield Lane réalisé par Dan Trachtenberg, avec une sortie en 2016

     Une nuit une jeune femme, Michelle (Mary Elizabeth Winstead) quitte l'appartement de son ami et s'enfuit en voiture. Après avoir pris de l'essence à une station déserte (sauf un véhicule qui s'arrête moteur tournant), Michelle perd le contrôle de sa voiture qui quitte la route. Victime du choc la jeune femme se retrouve inconsciente derrière son volant.

     Quand elle se réveille elle est allongée sur un lit, dans une pièce qui ressemble à une cave et une de ses jambes est enchaînée au mur. Peu de temps après un homme d'âge mur se présentant comme étant Howard Stambler (John Goodman) lui affirme qu'elle ne doit rien craindre de sa part, que c'est lui qu'il a extraite de la voiture, lui délivre la jambe et lui explique qu'elle se trouve en sécurité sous terre dans un bunker étanche parce que l'extérieur est irrespirable suite à une attaque massive à l'arme chimique. Michelle, septique au début fait alors la connaissance d'un autre personnage réfugié également dans le bunker, Emmet DeWitt (John Gallagher), un voisin à Howard qui confirme cette histoire. 

     Quelques jours passent et Michelle s'aperçoit que Howard a un comportement très étrange, dissimulant son passé et elle s'interroge: y a t-il vraiment un danger dehors et n'est-elle pas plutôt prisonnière ainsi que Emmet d'un psychopathe?. 

     Mon opinion:  huis clos à trois dans un bunker confortable et équipé pour y vivre plusieurs années sous la direction de Howard (prestation plus que correct du débonnaire John Goodman). La tension monte peu à peu, la vraie personnalité de Howard fait son apparition et pour échapper à cette prison, Michelle doit aussi faire preuve de violence et d'intelligence. Ambiance garantie tout le long du film mais la fin fut une grande déception pour moi! Si l'on comprend qu'il y a bel et bien un danger à l'extérieur, la provenance de ce danger est d'une simplicité déconcertante et j'ose dire carrément un emprunt à un autre film issu d'un célèbre roman: La guerre des mondes. Avec l''engin spatial extaterrestre qui survole les champs en pulvérisant un gaz mortel, un extraterrestre en forme de saurien qui traque Michelle et surtout l'espèce de trompe qui sort de l'engin afin de la capturer, Dan Trachtenberg n'a vraiment pas fait preuve de grande imagination pour les dernières minutes de son film!   

10 Cloverfield Lane : bande-annonce #2 VF

 

____

     Un film historique:

p8843458_p_v8_ab

      Warriors of The Rainbow (Seediq Bale), origine Chine et Taïwan de Te-Sheng Wei, produit par John Woo, une sortie en 2015 en France et en DVD uniquement. 

     Ce film s'inspire d'un fait historique peu connu du public. Jusqu'en 1895 Taïwan était chinoise et l'île était composée principalement d'aborigènes Seediq, fragmentés en clans dans les montagnes et vivant de chasse, de cueillette et d'agiruclture. Bref un endroit préservé du progrès qui envahissait peu à peu le monde. Mais en 1895 après la première guerre sino-japonaise, la Chine cèda Taïwan au Japon et Tokyo se chargea très rapidement d'y installer des civils, des militaires et d'y apporter leur civilisation et leur coutume mais aussi un côté occidental avec des services comme la police, les services postaux, la télégraphie, etc. Tout ceci ne plaisant pas aux Seediq il s'ensuivit quelques accrochages violents dont faisait partie Mouna Rudo mais les japonais reprirent vite le dessus avec la modernité de leurs armes. 

     Vingt ans plus tard en 1930 les Seediq étaient totalement soumis, rabaissés par les japonais les traitant de "sauvages". Mais certains Seediq décidèrent de se révolter (300 exactement) et sous la conduite de Mouna Rudo adulte (joué par Lin Ching-Tai) la résistance s'engagea de nouveau avec des armes rudimentaires.  Mais le Japon envoya dans les montagnes 3000 hommes armés de fusils modernes, de mitrailleuses, de canons et de bombes chimiques. 

     Mon opinion:  Warriors of The Rainbow est un film qui aurait mérité une sortie en salles! Le scénario comme la mise en scène, le jeu des acteurs, les scènes d'action et de combat étant à la hauteur du sujet traité. A voir pour connaître cet épisode méconnu de l'histoire mondiale! 

WARRIORS OF THE RAINBOW (Seediq Bale) - Bande Annonce VF HD

____

     Un film fantastique:

082608

Le sanctuaire, réalisation britannico-irlandaise coécrite et réalisée par Corin Hardy (2015)

     Adam Hitchens (Joseph Mawle) est employé par une compagnie forestière et chargé de sélectionner des arbres dans une forêt irlandaise afin d'en exploiter le bois. Avec son épouse Clare (Bojana Novakovic) et de leur bébé, la famille s'installe donc dans une maison construite dans la forêt mais dès l'arrivée sur place, un homme, Colm Donnelly (Michael McElhatton) les avertit: quittez au plus vite la région car la forêt est un sanctuaire abritant des êtres qui semblent issus des vieilles légendes celtiques et leur but est de sauvegarder à tout prix ce lieu face à une déforestation sauvage. Bien entendu, Adam et Clare sont très septiques face à ce qu'il semble être de la simple superstition. Ils regretteront amèrement ce scepticisme... 

     Mon opinion:   Le sanctuaire ressemble à une série suédoise Jordskott - La forêt des disparus, diffusée sur ARTE France: la nature qui se révolte devant la folie des humains de tout détruire uniquement à des fins financiers. La seule différence entre la série suédoise et la réalisation de Corin Hardy se trouve être le degré de violence dans l'horreur qui transparaît dans Le sanctuaire par l'intermédiaire de créatures humaines et végétales prêtes à tout pour sauvegarder leur dernier refuge. Derrière son côté fantastique Le sanctuaire est avant tout un film écologique. 

LE SANCTUAIRE Bande Annonce VF (Horreur - 2016)