9782344012406-G (1)

     Katsuhiro Otomo est né en 1954 à Miyagi au Japon. En 1973 à dix-neuf ans il publie sa première bande dessinée Jüsei d'après Mateo Falcone de Prosper Mérinée. Mais c'est surtout Akira en 1982 publié dans Young Magazine qui propulse le dessinateur et scénariste au firmament du manga. 

     En 1988 Katsuhiro Otomo se lance dans l'adaptation au cinéma de Akira. Cette réalisation est aujourd'hui considérée comme l'un des meilleurs films d'animation jamais sorti. D'une durée de deux heures le film était visible en France le 8 mai 1991. 

Akira ( bande annonce )

     Dès le début la publication de Akira fut assurée en France par les éditions GLÉNAT, en couleurs et en noir et blanc: de 1990 à 1996, 31 fascicules et 14 volumes en couleurs, puis en 1999 et 2000, 6 volumes en noir et blanc. 

     Enfin en juin 2016 les éditions GLÉNAT lancent la version ultime en noir et blanc sous un format de 180 mm x 256 mm avec 362 pages pour cette première partie. A ce jour 4 volumes sont disponibles, les deux derniers programmés pour février et mars 2019. Nouvelle traduction, sens de lecture japonais et une jaquette originale. 

     Le scénario: en 2019, trente-huit ans après la Troisième Guerre mondiale, Néo-Tokyo arrive au terme de sa reconstruction. Dans cette ville sans âme errent Kaneda et sa bande. Des jeunes désœuvrés, élèves d’un centre d’apprentissage professionnel, qui n’ont que leur moto et leurs virées nocturnes pour seule échappatoire à l’ennui du quotidien. Mais une nuit, ils trouvent sur leur route un être des plus étranges, un enfant au visage de vieillard, avec un numéro tatoué sur la main : le numéro 26. En tentant de l’éviter, Tetsuo chute à moto et se blesse grièvement. Il se réveille dans un hôpital de l’armée avec des pouvoirs surnaturels qu’il lui faut désormais apprendre à contrôler. De retour parmi ses amis, il se rebelle contre l’autorité de Kaneda et finit par quitter le groupe…

     Mon opinion:  ce premier gros volume pose les bases d'une étrange énigme dans ce monde post-apocalyptique cyberpunk. D'où viennent ces enfants au physique de vieillard (car le premier sur l'autoroute n'est pas le seul) et dans quels buts leur pouvoir surnaturel? Derrière cela il y a les militaires dans une base au sein de l'ancienne Tokyo dévastée. Quand Katsuhiro Otomo imagina cette histoire le Japon était à son apogée économique. Aujourd'hui l'auteur déclare: "J'ai écrit cette histoire il y a longtemps, mais, avec le recul, je peux la voir de manière plus objective. C'est une œuvre antisystème. Que d'autres artistes continuent à s'en saisir signifie sans doute qu'elle fait toujours sens. Je ne sais pas d'ailleurs si je dois m'en réjouir. Ce qui s'est produit à Fukushima, la contamination nucléaire, les gens déplacés, l'inanité des institutions m'a brutalement replongé dans l'univers d'Akira. Je savais déjà à l'époque que ce genre de catastrophe allait se produire. Lorsque l'économie prédomine autant dans une société, c'est inévitable. La vraie question n'est pas de savoir si cela se produira, mais plutôt quand. S'il y a autant d'explosions dévastatrices dans mes histoires, c'est parce que je suis malheureusement convaincu que tout se terminera ainsi." (Source). Déjà dans ce premier volume nous sommes face à de la violence, des explosions et à un climat général plutôt sombre, le tout évoluant dans un décor fait de ruines. C'est certain, Akira reflète parfaitement le pessimisme de Katsuhiro Otomo. 

MV5BZjBkOTYyOWItNTI5Yy00NDY3LTk4MjgtYmQyM2Y2NzM0YTY1XkEyXkFqcGdeQXVyNjUwNzk3NDc@

Katsuhiro Otomo

Scan0003 (2)

 

Scan0003 (3)