51v2oT12E2L     Avant dernier roman publié de Stephen King, 22/11/63 nous invite à un voyage dans le passé avec une question intrigante: si l'on pouvait revenir en arrière dans le temps pourrait-on empêcher l'assassinat de John F. Kennedy et quelles en seraient les conséquences pour le futur (notre présent)? 

     Stephen King nous propose donc là une uchronie sans aucune technologie, comme par exemple une machine à remonter le temps. 

     Jake Epping, 40 ans, divorcé, est professeur d'anglais dans la ville de Lisbon Falls (état du Maine) et très souvent il déjeune chez Al Templeton qui possède une grande caravane en aluminium dans laquelle il propose les meilleurs "fat-burger" de la région et à un prix imbattable. Un soir, après la fermeture, Al explique à Jake que sa remise à l'arrière de la caravane possède un secret: invisible mais bien réelle, une faille temporelle permet de passer de l'année 2011 à l'année 1958 et plus exactement le 9 septembre à 11h58 et cela quelque soit le nombre de fois que l'on franchit la faille temporelle et que l'on revient en 2011 pour de nouveau revenir en 1958. De plus la durée du séjour en 1958 et à partir de cette date n'a aucune importance puisqu'il il s'écoule invariablement deux minutes en 2011. Très septique, Jake Epping accepte de faire un "essai" et séjourne dans le passé une partie de la journée du 9 septembre 58.

     A son retour, Jake apprend alors que Al va décédé d'un cancer des poumons et son ami malade lui confie une mission que lui-même n'a plus le temps de réaliser: se rendre en 1958 et vivre à cette époque en vu d'empêcher ni plus ni moins l'assassinat de JFK cinq ans plus tard le 22 novembre 1963 à Dallas! On se doute bien entendu que Jake va accepter et il sera confronté à bien des embûches pour accomplir sa mission car le passé n'a pas l'intention de se laisser faire! 

      Mon opinion:  le voyage dans le temps, l'un des vieux rêves de l'humanité, très souvent imaginé dans les romans, dont l'un des précurseurs fut H.G Wells. Voyager dans le temps, soit vers le passé pour vérifier un fait historique, soit vers le futur afin de visualiser ce qui nous attend. Et puis il y a le voyage vers le passé afin de modifier l'histoire! Et c'est à cela que Stephen King s'emploie à faire avec 22/11/63 : si Kennedy avait échappé à l'attentat, la guerre du Viet-Nam se serait-elle déroulée? Voilà une des questions cruciales quand on sait que Johnson était pour ce conflit et que Kennedy ne l'était pas! Mais si on modifie le passé, l'avenir (notre présent) sera t-il comme nous l'espérions? Ne sera t-il pas pire? Comme à son habitude Stephen king nous tient en haleine et il faut souligner son effort pour décrire la vie et l'ambiance de ces années 50-60 avec ses avantages (une existence plus calme, une meilleure nourriture) mais aussi ses défauts (le racisme dans les états du sud, le tabagisme à outrance, le puritanisme, le sexisme). A noter surtout les nombreux détails concernant l'autre personnage important du roman: Lee Harvey Oswald, sa femme Marina, ses enfants et tous les personnages vivant autour d'eux. Certes le roman a parfois quelques longueurs (il fait 930 pages), mais là c'est l'avis du lecteur impatient de connaître la suite et le dénouement final. Encore une fois nuellement déçu par Stephen king!

 

22/11/63 - John F. Kennedy assassiné à Dallas, Texas.