Jean Raspail est décédé hier samedi 13 juin à quelques jours de son son 95ème anniversaire.

     Auteur de plusieurs dizaines de livres, lauréat du Grand prix du roman de l'Académie française (en 1981) pour "Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie" et du prix du Livre Inter (en 1987) pour "Qui se souvient des hommes", il restera comme l'auteur du roman "Le camp des saints", un livre sans cesse réédité depuis sa parution en 1973. 

    En 2019, à 94 ans, il avait publié deux romans: "Les Pikkendorff" (Albin Michel) et "La Miséricorde" (Les Équateurs), bref roman inspiré du terrible crime du curé d’Uruffe, dans les années 1950. Ce meurtre (un jeune prêtre avait assassiné sa maîtresse, enceinte, puis l’enfant qu’elle portait, non sans l’avoir préalablement baptisé) avait scandalisé la France de l'après-guerre. Jean Raspail avait laissé cet ultime roman inachevé laissant au lecteur le soin de décider si l'auteur d'un tel crime méritait le salut.

image